Tugdual COLLIN, Président de la station SNSM de Quiberon depuis le 1er mai 2020 succédant à Charles Brossard.


« J’ai passé 25 ans dans la Marine Nationale. Engagé volontaire, j’ai poursuivi ma carrière en tant qu’officier de carrière jusqu’au grade de capitaine de frégate. J’ai commandé des bâtiments de surface, un patrouilleur et un chasseur de mines, et effectué l’essentiel de mon activité au sein des forces sous-marines.
Ensuite j’ai passé 10 ans dans un entreprise privée, comme chef de projet, chargé de contrats commerciaux dans la création d’équipes sous-marines pour le gouvernement malaisien.
J’ai cessé mon activité professionnelle en 2009 et me suis installé à Portivy où je participe à des actions de bénévolat.Je suis rentré à la station SNSM de la presqu’île le 1er janvier 2016. Je suis remarié et père de 5 enfants.
Mes projets, avec l’aide de mon prédécesseur, tentent de répondre à ce que m’ont exprimé les bénévoles de la station depuis 4 ans. C’est une attente de cadrage et de définition plus précise des actions à mener, par qui, quand et comment. Je souhaite impliquer plus personnellement les bénévoles, selon leurs souhaits, disponibilités et compétences. Et donc accompagner les plus jeunes par un parcours de formation individualisé. Le rôle du Patron de la station est essentiel.
Présider une station SNSM constituée de bénévoles, n’est pas la même chose que commander un bâtiment armé par des militaires professionnels.
Mon souhait est double : rester en contact avec la mer et m’engager dans une action bénévole au sein de la SNSM qui représente beaucoup de belles valeurs car le sauvetage en mer est une affaire sérieuse. Il nécessite de la disponibilité, des efforts de formation, de l’engagement, des compétences et de l’humilité face aux éléments. Il faut aussi du courage et de la ténacité.
Je remercie les donateurs de leurs efforts qui contribuent à nous permettre d’exister en tant qu’organisme de sauvetage. Une publicité disait que 100% de ceux qui naviguent ou se baignent près des plages pourraient avoir besoin des secours de la SNSM. Pourtant ils ne sont pas si nombreux à faire un don, même modeste…
Concernant les bénévoles, j’ai pris conscience en rentrant à la station, de l’exigence de leur engagement. C’est admirable de mener simultanément une vie personnelle, professionnelle et de bénévole SNSM. Je ne pense pas seulement à ceux qui sont embarqués et qui sauvent des vies, mais aussi à tous ceux qui, à terre, participent au fonctionnement de cette institution, au Siège ou dans les stations, y compris nos anciens qui restent au contact. »